IMMOBILIER NEUF, LES PERSPECTIVES POUR LA RENTRÉE

Après 8 semaines de confinement et au moment d’établir un bilan de la première moitié de 2020, il est évident que les conséquences sont importantes sur le marché de l’immobilier neuf. Alors que la reprise est déjà amorcée, on constate que l'arrêt des activités durant le confinement a eu un effet sur les prix et les taux de crédit, mais que ceux-ci pourraient encore grandement évoluer. 
Les particuliers qui avaient projet de faire un achat immobilier gardent cette envie, mais se heurtent parfois à d’autres contraintes. Acheter un appartement neuf alors que l’offre peine à suivre la demande peut s’avérer compliqué. La situation devrait encore changer d’ici la rentrée, avec notamment l’instauration du plan de relance gouvernemental.


LE SECTEUR DE L'IMMOBILIER NEUF DURABLEMENT IMPACTÉ

Pour le marché immobilier du neuf, le premier semestre 2020 est particulièrement inquiétant. Selon la FPI, dès le premier trimestre, les ventes des promoteurs avaient déjà baissé de près de 30 % en comparaison avec l’année précédente. La situation était donc déjà difficile avant la crise. 
Pendant toute la durée du confinement, des études montraient que dans l’immobilier, les écarts de perception entre les acheteurs et les vendeurs avaient tendance à s’amplifier. Dès la reprise des activités, ces écarts sont rapidement revenus dans des limites plus habituelles. De nombreuses personnes n’ont pas attendu pour relancer directement leur projet d’investissement immobilier, ce qui pouvait être un indicateur positif pour la relance, mais la situation reste très incertaine.


L'OFFRE EN CRISE ?

Pour le PDG de Nexity qui s’exprimait récemment au micro de BFM Business, le vrai souci qui impacte le marché immobilier dès maintenant est lié à l’offre. Trouver un appartement neuf ou un programme immobilier neuf est devenu dans certains secteurs bien trop compliqué. 
Le confinement, la décision gouvernementale de geler les permis de construire, ainsi que d’autres problématiques locales liées aux élections municipales font qu’actuellement le manque d’offre nuit fortement à la reprise sur le marché du neuf. Cela provoque une forte hausse des prix, notamment dans certains secteurs géographiques. 
Dans de nombreux cas, la construction d’un programme immobilier neuf a dû être retardée, créant ainsi un déséquilibre avec la demande. En conséquence, certaines personnes qui avaient pour projet d’acheter un appartement neuf pourraient plutôt se tourner vers le marché de l’ancien.


UNE BAISSE DE LA DEMANDE À PRÉVOIR POUR LA RENTRÉE ?

Les répercussions à plus moyen terme de cette crise sanitaire sont probablement encore à redouter pour ce marché. Après la crise de l’offre viendrait celle de la demande. En cause notamment, une situation économique globale inquiétante. Les fortes hausses du chômage et du sentiment de précarité devraient rendre les acquéreurs sont plus prudents, et prêts à se montrer patients avant d’acheter un programme immobilier neuf.
C’est déjà le cas dans certaines villes où l’écart entre acheteurs et vendeurs se resserre fortement, et cette situation devrait encore se préciser à la rentrée. Un fort déclin de la demande pourrait logiquement mener à une baisse des prix de l’immobilier. Certains acquéreurs conscients de cette situation pourraient ainsi être tentés d’attendre avant de faire l’achat d’un appartement neuf.


VERS PLUS DE REFUS DES BANQUES ?

Du côté des banques, la tendance est à la hausse des taux de crédit. Sur les 6 premiers mois de 2020, une hausse moyenne de 0,1 % a été constatée, ce qui permet à ces taux de rester encore et toujours attractifs pour les personnes souhaitant faire un achat immobilier. 
Cet état de fait devrait perdurer encore pour les mois à venir. Comme on pouvait le prévoir, la concurrence entre les banques permet à ces taux de rester assez bas, et la Société Générale et BNP Paribas ont même opté pour une très légère baisse pour le mois de juillet. 
Cependant, avec la situation économique déjà très précaire actuellement qui risque encore de se dégrader prochainement, les banques vont devoir faire des choix. Les préconisations du HCSF vont contre leurs envies, et pourraient les inciter à refuser plus de dossiers, et à augmenter leurs taux. Cela ne devrait rien changer pour les dossiers les plus solides, mais pour d’autres le projet de faire un investissement immobilier et d’acheter un appartement neuf pourrait être compromis. Les personnes qui ne proposent pas les meilleures garanties pourraient devoir abandonner leurs envies de faire un achat immobilier.


DES RISQUES POUR L'EMPLOI DANS LE SECTEUR DE L'IMMOBILIER ?

D’après la Fédération française du bâtiment, la baisse d’activité pour l’année 2020 devrait être de quasiment 20 %, ce qui pourrait causer de nombreux licenciements. Pour les entreprises du secteur, les pertes engendrées par le confinement ne pourront être rattrapées. Après la reprise, les mesures sanitaires nécessaires sont très coûteuses. Ces dispositifs sont pour l’instant en grande partie pris en charge par les entreprises elles-mêmes, ce qui bien souvent peut les contraindre à travailler à perte. D’après Olivier Salleron, le président de la FFB, cela représenterait un danger pour 120 000 emplois.


UN GRAND PLAN DE RELANCE DU MARCHÉ IMMOBILIER POUR L'AUTOMNE

Récemment, le gouvernement a encore pris des dispositions pour tenter d’aider les entreprises du secteur, notamment en annulant les charges pour certaines des plus petites d’entre-elles. Pour les acteurs concernés, cela reste bien insuffisant, et une surpression globale des charges pour 2020 est nécessaire.
 De plus, les représentants du secteur du bâtiment et de l’immobilier neuf sont en désaccord direct avec le calendrier établi par le gouvernement. Alors que les professionnels de la construction voudraient des mesures effectives immédiatement, le plan de relance du gouvernement est prévu pour la rentrée. 
La FFB a de son côté déjà présenté son propre plan, qui prévoie une aide nécessaire de 5 milliards d’euros par an. Concernant le marché immobilier dans le domaine du neuf, la fédération estime notamment que les montants alloués au dispositif du PTZ, qui avaient été réduits ces dernières années, devraient être à nouveau augmentés. Cela sera nécessaire pour permettre à plus de personnes qui voudraient acquérir un appartement neuf de concrétiser ce projet.


UN RYTHME NORMAL DES CHANTIERS POUR LA RENTRÉE

Sur l’antenne de BFM Business, Julien Denormandie a confirmé que la reprise était bien effective sur les chantiers pour l’ensemble du territoire. Cependant, le rythme de travail est toujours loin d’être revenu à la normale. Pour une entreprise qui construit un programme immobilier neuf, le temps nécessaire à la mise en place de toutes les mesures sanitaires a retardé encore les travaux. Cela représente également un coût loin d’être négligeable. D’ici la rentrée, tous ces dispositifs seront bien en place et parfaitement rentrées dans les habitudes des employés. Certaines mesures pourraient également se voir alléger, ce qui devrait permettre de retrouver un meilleur rythme de travail. 
Le ministre a annoncé également la mise en place d’un plan BTP, visant à accélérer encore la reprise à la rentrée. Une dotation d’un milliard d’euros aux collectivités locales est donc prévue. Cette aide devrait leur permettre de lancer des chantiers, et de soutenir l’activité de l’immobilier et de la construction. Cela devrait aider à maintenir l’offre, pour permettre aux particuliers qui souhaiteront faire un investissement immobilier d'acquérir un appartement neuf sans se heurter à une hausse des prix trop conséquente.