CONSÉQUENCES DU CORONAVIRUS SUR LES INVESTISSEMENTS IMMOBILIERS

LES CONSÉQUENCES DU CORONAVIRUS SUR LES INVESTISSEMENTS IMMOBILIERS

Le confinement qui a été instauré par le président de la République le lundi 16 mars dernier pour lutter contre la propagation du coronavirus est la cause de répercussions majeures sur tous les secteurs de l’économie. Même si le marché de l’immobilier a déjà par le passé souvent prouvé qu’il était un secteur à part, apte à mieux supporter les crises, la situation actuelle reste inédite. Les projets immobiliers sont totalement ou quasiment au point mort dans la grande majorité des cas. Devant une telle situation, de nombreux acteurs du marché se posent logiquement des questions sur les évolutions à prévoir dans les jours et les semaines à venir. Quelles sont vraiment les conséquences immédiates sur le marché immobilier, et quelles sont celles à prévoir ?


LES RÉPERCUSSIONS SUR LES PROJETS D'INVESTISSEMENT IMMOBILIER

En ce qui concerne les projets qui étaient déjà arrivés à un certain stade d’avancement avant le début de cette crise sanitaire, les entreprises tentent de les mener à terme le plus efficacement possible. Les dossiers peuvent être traités et mis à jour en utilisant internet et le télétravail, et certains contrats peuvent être signés numériquement, permettant à ces projets de ne pas se retrouver totalement à l’arrêt. 
En revanche, aucun nouveau projet n’est en mesure d’être lancé, et il y a fort à parier que la situation restera ainsi tant que le confinement sera maintenu. Comme on peut l’imaginer, faire un emprunt immobilier pour acquérir un appartement neuf n’est pas le premier souci des Français en cette période difficile. Avec les restrictions en place, ils n’ont même tout simplement pas la possibilité d’investir dans l’immobilier neuf. Une personne qui aurait souhaité réaliser un investissement à Lyon, à Paris, ou dans une autre grande ville se retrouve dans l’obligation de remettre son projet à plus tard.


QUEL AVENIR POUR LES PROJETS IMMOBILIERS DÉJÀ EN PLACE ?

Des mesures sont déjà effectives pour limiter les pertes de revenus liées au confinement et à ses désagréments. L’instauration d’un chômage partiel, la prime offerte aux indépendants qui subissent un ralentissement de leurs activités, ou encore les arrêts maladie pour la garde d’enfants sont autant d’aménagements qui devraient permettre à une majorité de personnes de pouvoir payer sans difficulté leurs loyers. Les propriétaires ne devraient donc pas être trop impactés par des retards dans les paiements, et devraient pouvoir maintenir leurs revenus locatifs. 
Concernant les propriétaires qui louent à des entreprises cependant, les mesures mises en place par le gouvernement permettent aux locataires de reporter leurs échéances, il faudra donc s’attendre à quelques retards. Les sociétés civiles de placements immobiliers spécialisées dans les bureaux et les locaux de commerces devraient subir directement le contrecoup de cette mesure et connaitre une année 2020 très compliquée.


LA SITUATION POUR LES FUTURS PROJETS D'INVESTISSEMENT IMMOBILIER

Pour les personnes qui envisageaient de réaliser prochainement un investissement locatif sur le marché de l’immobilier neuf, il convient d’attendre quelques semaines. Pour ce qui est des transactions qui concernent des biens anciens, certains notaires peuvent intervenir notamment en visioconférence et permettre à des signatures de se faire même pendant le confinement.
Toutefois, pour celles et ceux qui voudraient profiter des avantages de défiscalisation immobilière de la loi Pinel pour faire un investissement à paris ou dans une grande ville, la situation est différente. Pour les particuliers qui auraient souhaité conclure l’achat de leur appartement neuf, ces aménagements ne sont pas possibles, et il n’y a pas d’autre choix que de patienter. Cet état de fait pourrait cependant évoluer rapidement, le ministère du Logement envisageant déjà de mettre en place des mesures qui permettront d’étendre les possibilités de signatures des dossiers à distance au marché du neuf.


LES POSSIBILITÉS POUR LES PROPRIÉTAIRE SANS LOCATAIRE

Un autre cas de figure est celui des propriétaires qui ont récemment fait l’acquisition d’un bien sur le marché immobilier qui n’ont pas encore trouvés de locataires, et qui ne recevront par conséquent pas de loyers. Cela peut concerner les personnes qui ont pu bénéficier récemment de la réduction d'impôt rendue possible par la loi Pinel, pour réaliser un investissement à Paris ou un investissement à Lyon par exemple. Ces nouveaux propriétaires se retrouvent aujourd’hui sans revenus locatifs, et peuvent éprouver des difficultés au moment de payer leur crédit.
Dans la grande majorité des contrats signés lors de l’obtention d’un crédit pour réaliser un investissement immobilier, une clause prévoit le report de certaines mensualités. Il est donc important de bien relire son contrat, car dans une très grande proportion de cas, il est possible de repousser les échéances de 3 mois ou plus, sans avoir à subir une quelconque pénalité. Avec ce ralentissement des activités qui impacte le secteur des banques, il est conseillé d’entreprendre les démarches le plus tôt possible, la durée de traitement des dossiers pouvant être dans de nombreux cas allongée.


L'ÉTAT DU MARCHÉ IMMOBILIER AU SORTIR DE CETTE CRISE

Devant l’ampleur sans précédent des conséquences du Covid-19 sur absolument tous les secteurs de la vie quotidienne des habitants du monde entier, il est évident qu’aucun secteur ne pourra prétendre à ne pas être sensiblement impacté lorsqu'il faudra faire le bilan de cette année 2020. Le confinement semble devoir se prolonger pour atteindre une durée totale qui avoisinera les deux mois. Avec plus de 8 semaines de ralentissement extrême de l’activité, le volume des ventes sera forcément revu à la baisse. Beaucoup de particuliers qui auraient souhaité souscrire à un emprunt immobilier pour acquérir un appartement neuf se retrouvent dans l’obligation de retarder leurs projets. 
Cependant, le marché de l’immobilier reste un secteur à part, et à la suite de cette crise, il présentera toujours les mêmes atouts que ceux qu’il offrait déjà par le passé. Dès la fin de la période du confinement, une reprise des activités touristiques devrait enclencher une reprise rapide des locations à courtes durées, qui sont en ce moment totalement à l’arrêt, et permettre aux propriétaires les plus pressés de percevoir des revenus locatifs rapidement. 
L’année 2019 avait été une excellente année pour l’investissement immobilier, les dispositifs en place pour obtenir une défiscalisation immobilière seront toujours en place. Faciliter l’accession à l’emprunt immobilier aux particuliers, et leur permettre de faire l’achat de leur appartement neuf ou de leur maison neuve sera toujours d’actualité, et devrait permettre au secteur de rebondir rapidement. Les taux historiquement bas, la possibilité de réduction d'impôt, et le fait que l’immobilier restera toujours une valeur refuge, assurent au secteur de l’investissement locatif de retrouver rapidement tout son dynamisme.

Si le marché du logement est actuellement directement impacté par cette crise sanitaire, et qu’il est probable qu’il connaisse une certaine baisse de ses prix lors de la reprise, il continuera toujours de répondre à un besoin primaire et universel. Si des réformes récentes ont modifié les conditions d’attribution des prêts immobiliers, le soutien de l’UE sera un facteur essentiel pour aider à la reprise. Celui-ci permettra aux banques de continuer à prêter de l’argent aux investisseurs, ce qui devrait contribuer à amorcer un retour à la normale du secteur de l'immobilier d’ici à la fin de l’année.